Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Galice estivale : la bénédiction de l'océan

Publié le par Xôfi

Galice estivale : la bénédiction de l'océan

En route pour prendre le potéo (apéro) à Muros, des sirènes du port ont retenti très fort à plusieurs reprises. Nous garons la voiture sur le port pour laisser passer les pompiers mais point de pompiers ni de policiers dans le coin. En suivant les autres automobilistes, nous nous sommes retrouvées au port devant le bateau de pêche d'une procession. Des prêtes, des musiciens, des fidèles, des chanteurs...sont montés à bord, puis le bateau est parti vers le large suivi de nombreuses autres embarcations pour la bénédiction de l'océan. Au retour du potéo, nous avons pu suivre la procession sur terre avec Marie portée par des hommes au son de la fanfare locale.

Quelques jours auparavant, il y avait également le festival de la mer à Muros : de nombreuses terrasses proposaient des pintxos et des fruits de mer, des groupes de musique jouaient dans les rues. Celles-ci étaient décorées de filets de pêche, de barques et de sculptures. Il y avait aussi des animations sur les petites places ombragées pour découvrir les anciens métiers et des scènes de la vie maritime.

Départ de la procession vers le large
Départ de la procession vers le large

Départ de la procession vers le large

Festival de la mer à Muros

Festival de la mer à Muros

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Galice estivale : Cap Finisterre (finis terrae)

Publié le par Xôfi

Le phare du Cap Finisterre

Le phare du Cap Finisterre

La plage de Finisterre

La plage de Finisterre

La criée de Finisterre

La criée de Finisterre

Le Cap Finisterre est un mythique cap rocheux, un promontoire qui se situe à 600m au dessus de l'océan. C'est le point le plus occidental de l'Espagne continentale, mais pas celui de l'Europe continentale car Cabo Roca au Portugal s'avance encore plus loin dans l'océan. Le lieu est majestueux et venté. L'océan est à perte de vue. Ce cap est considéré depuis 2500 ans par les Celtes comme "La fin du monde " (finis terrae)

Son phare date de 1853. En 1888, une sirène est ajoutée car le brouillard hivernal est constant et il faut avertir les marins du danger. Malgré la sirène, le Cap Finisterre a été le théâtre de naufrages, comme en 1870, lorsque le Capitan Monitor a coulé en emportant 482 personnes de son équipage dans l'accident le plus dramatique de cette côte appelée " La côte de la mort - La costa de la muerte".

Il faut savoir que les pélerins de St Jacques de Compostelle (Santiago) brûlent leurs vêtements usés par la longue marche soit près du phare soit sur la plage de Finisterre.

Après la balade au Cap, il faut prendre le temps de découvrir la ville et ses petites ruelles. La visite de la criée au moment de la vente est intéressante car on peut y voir toutes les spécialités de poissons du coin. Dans restaurants galiciens, on peut déguster des coques à la vapeur, de la sole face à l'océan (vers Louro), des pouces pieds, du poulpe à l'encre ou à la plancha, des couteaux ... Un vrai délice à des prix très corrects.

Pour en savoir plus sur le sujet, je ne résiste pas à publier un extrait du mail de mon amie Laurence, mariée à un Galicien. Merci à eux deux pour les informations concernant cette superbe région. ( en gras, tout ce que j'ai testé!)

"Alors, pour la gastronomie Gallega, bien sûr tous les fruits de mer et crustacés sont au programme avec en spécialité le "pulpo", le poulpe, le" sargo " une dorade très iodée. Personnellement, je craque pour le "lenguado" la sole les "chipirones" chipirons à la plancha. Ne pas rater non plus les " zamburiñas", pétoncles certes mais très bien cuisinées, les "almejas" palourdes, crues ou en sauce avec des pâtes épicées sont bien bonnes. Eviter le turbot, d'élevage la plupart du temps, et bien pollué. La cuisine gallega est simple et diététique: poissons grillées ou à la plancha servis avec des patates bouillies à ne pas manquer elles sont excellentes.Les "empanadas" sont les tourtes locales, pâte à pain fourrées au thon, à la viande, aux zamburiñas, etc...idéales pour le pique-nique.Pour du consistant, le "caldo gallego" est une sorte de garbure locale, "lacon con grelos" jambonneau confit, patates et légumes.On sert aussi des "garbanzos con callos"pois chiches, tripes, cumin: c'est très très bon malgré tripes qu'on ne sent pas comme telles. La "caldeirada" est un ragoût de poisson mais gare aux arrêtes."

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Galice estivale : sur la route de la Corniche

Publié le par Xôfi

Entre Muros et Carnota

Entre Muros et Carnota

Au départ de Muros, on peut suivre la très belle route de la Corniche qui mène au Cap Finisterre et en chemin ... un village du nom de Carnota. Carnota possède une des plus belles plages de la Galice très longue et encadrée de dunes. Au village, il y a un hameau composé de vieilles fermes en granit serrées autour de la paroisse et un ancien horreo (grenier en pierre pour mettre les réserves de céréales et autres à l'abri des bêtes) de 35 m de long, estimé comme étant le plus long de la Galice. En visitant Muros et d'autres endroits, on trouve de nombreux horreos mais bien plus petit que celui de Carnotta.

Un peu plus loin, toujours sur la route de la Corniche, en bifurquant sur la droite, on accède à la cascade d'Ezaro.

Dans le prochain article...le Cap Finisterre.

Horreo de Carnota

Horreo de Carnota

Cascade d'Ezaro

Cascade d'Ezaro

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Galice estivale : la Ria de Muros

Publié le par Xôfi

Les plages de Louro : un après - midi de juillet
Les plages de Louro : un après - midi de juillet

Les plages de Louro : un après - midi de juillet

C'est parti pour découvrir la Galice, cette région espagnole est connue en Bretagne pour ses nombreuses participations aux festivals de musique et danses celtiques. Pour illustrer cette proximité celte, ma famille m'annonce que Carlos Nunez célèbre musicien Galicien est souvent hébergé dans le Finistère à Douarnenez chez son pote Dan Ar Braz! Bref, me voilà partie pour découvrir plus précisément la province de la Corogne qui se caractérise par des rias, des bras de mer qui pénètrent dans le continent en découpant le littoral. Il y a trois rias : les rias Altas, les rias Medias et les rias Bajas (baixas).

Mon choix s'est porté sur la ria de Muros car d'après mon guide " elle s'adresse aux amateurs de sites naturels et tranquilles" et qu'elle se situe non loin du Cabo Finisterre.

Et en effet, ce coin est superbe, tranquille avec peu de touristes. On peut y faire de chouettes balades à pieds et les routes pour longer la côte sont quasi désertes ( un point positif rapport à la côte basque) et permettent donc de découvrir de jolis points de vue sur l'océan. Un logement "les pieds dans l'eau" à Louro sur le chemin qui mène au phare fut un bon choix pour rayonner dans les alentours. Manuel a retapé un ancien lieu pour saler et conserver les sardines en petits appartements face l'océan, à 50 m d'une magnifique petite plage avec l'eau turquoise (avec poissons et poulpes intégrés !) http://apartamentosmrey.com/indice.html

Vous trouverez ci - dessous une photo de la plage située à 50m des petits appartements ainsi que des photos de l'hébergement.

Le logement "Les pieds dans l'eau" : la plage / le batîment/ la terrasse fleurie
Le logement "Les pieds dans l'eau" : la plage / le batîment/ la terrasse fleurie
Le logement "Les pieds dans l'eau" : la plage / le batîment/ la terrasse fleurie
Le logement "Les pieds dans l'eau" : la plage / le batîment/ la terrasse fleurie

Le logement "Les pieds dans l'eau" : la plage / le batîment/ la terrasse fleurie

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Un petit séjour dans la montagne basque

Publié le par Xôfi

Un petit séjour dans la montagne basque

J'ai profité du pont de l'ascension pour partir me mettre au vert pendant 5 jours dans un joli village basque entouré de montagnes : Behorleguy.

Behorlegi (orthographe en basque) est un village situé entre St Jean Pied de Port et Mendive, à une altitude moyenne de 400 m et d'une superficie de 20km.

J'ai eu la chance de loger dans une charmante maison datant de 1870 avec du vieux parquet qui craque et des placards incrustés directement dans les murs. Maison idéalement située sur les hauteurs du village. Au programme : une météo chaotique et fraîche, des balades à Iraty, des randos à Ispoure et au dessus du village. A noter aussi une rencontre presque "Nez à Bec" avec un vautour lorsque je me demandais par quel sentier je devais passer pour revenir au village sans me perdre!

Bref, un beau séjour et en pleine nature dépaysant à 1h de la Côte Basque, tranquille.

Sur les hauteurs du village

Sur les hauteurs du village

Le lieu de rencontre du village : l'église

Le lieu de rencontre du village : l'église

Une partie de la maison

Une partie de la maison

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Un hiver en Gipuzkoa : Mutriku

Publié le par Xôfi

Un hiver en Gipuzkoa : Mutriku

Voici le dernier article sur mon séjour hivernal...

Mutriku est le dernier village côtier de Gipuzkoa avant de passer dans la province de Biscaye. c'est une ancienne ville médiévale et elle fut un port corsaire en plus d'être un port baleinier.

Un hiver en Gipuzkoa : Mutriku

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0