Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Une météo bipolaire sur la Côte Basque

Publié le par Xôfi

Mercredi 20 février, magnifique session de surf sur St Jean de Luz : une très belle houle annoncée de plus de 2m, un plan d'eau glassy, un ciel bleu et une température extérieure de 18 degrés.

 

Samedi 23 février : il neige sur St-Jean...

 

023

 

028

Publié dans Océan et surf

Partager cet article

Repost 0

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vignan

Publié le par Xôfi

Résumé

 

Ce roman raconte la quête d'une  femme sur le passé de sa mère, qui vient de mourir. Un passé douloureux car sa mère était atteinte d'une psychose maniaco-dépressive. Pour quelle raison cette belle femme, née dans les années 1945, est elle tombée dans la maladie? Delphine de Vigan se plonge dans les archives familiales, interroge ses proches, les soeurs et frères de sa mère, sa propre soeur, son père. En ressort, l'apparence d'une grande famille bourgeoise joyeuse et turbulente. Mais cette image se fissure, dès que l'auteur insiste dans sa quête  : Alcoolisme, accidents mortels, suicides, dépressions, tel est le lot de cette famille modèle .

 

Mon avis

 

J'ai dévoré ce livre du début jusqu'à la fin, j'ai beaucoup apprécié le style d'écriture de Delphine de Vignan. Très touchée aussi par cette grande histoire familiale qu'elle nous fait partager et les personnages sont attachants. Bref, c'est un roman que je recommande vivement à tous.

 

rien-ne-soppose-a-la-nuit.jpg

 

Un extrait que j'affectionne particulièrement...

 

"Lucile avait des lubies, des phobies, des coups de gueule, des coups de cafards, aimait prononcer des bizarreries auxquelles elle-même croyait plus ou moins, passer du coq à l'âne et de l'âne au coq, se mettait martel en tête, lançait des piques, frôlait les limites, jouait avec le feu. Lucile aimait naviguer à contre-courant, mettre les pieds dans le plat, se savait sous surveillance, défiait parfois notre regard, s'amusait à nous alarmer et revendiquait sa singularité. Lucile n'aimait pas la foule, le nombre, le monde, les grandes tablées, fuyait les mondanités, se laissait apprivoiser en tête à tête, en petit comité, ou bien au cours d'une promenade, dans le mouvement de la marche. Lucile restait secrète sur ses sentiments, ne livrait jamais le plus intime, réservait à quelques-ns le fond de sa pensée. Elle était ce mélange étrange de timidité maladive et d'affirmation de soi".

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

La vérité sur l'affaire Harry Quebert de J. Dicker

Publié le par Xôfi

Roman noir, roman policier, roman sur l'écriture qui se passe aux Etats-Unis .. .670 pages lues en une semaine. Prix Goncourt des Lycéens et Grand prix de l'Académie Française pour J. Dicker jeune auteur suisse.

 

A lire de toute urgence!

 

 

L'histoire se déroule sur la côte du New Hampshire dans une petite ville où vit un illustre écrivain, Harry Quebert, dont l'unique roman est devenu un classique littéraire. Marcus Goldman est un jeune écrivain qui vient de publier un énorme succès de librairie et dont tout le monde, surtout son éditeur, attend un nouveau roman. Seulement, c'est la page blanche. Marcus se rend chez Harry qui était son professeur à l'université et son mentor afin de trouver une solution à son problème. Mais  la page va rester  blanche jusqu'à ce que le corps d'une jeune fille disparue en 1975 refasse surface et avec elle, le passé mystérieux de Harry. Entre 1975 et aujourd'hui, nous allons faire de nombreux allers-retours pour pouvoir recoller morceau par morceau cette terrible et triste histoire et découvrir  la vérité sur Harry Quebert.

 L'intrigue est très bien ficelée: je me suis laissée avoir à chaque indice sans jamais deviner qui était le vrai coupable. La relation entre les deux hommes est chouette, j'ai aimé les conseils du maître à l'élève: on est dans une enquête, mais aussi dans la construction d'un roman et dans celle  d'un personnage. 

Un extrait :

 "Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernir mot, pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé."

 

Et c'est exactement ce que j'ai ressenti après avoir lu ce grand roman noir écrit par un suisse.

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Un jour, le soleil nous révélera où il trouve la force de se lever le matin

Publié le par Xôfi

 

De février 2010 à juillet 2010, Sylvain Tesson décide de faire un voyage immobile, seul, dans une cabane au bord du lac Baïkal et de rédiger son journal intime "Dans les forêts de Sibérie" .Dans ses bagages il y a  des livres, des cigares et de la vodka. Il  nous raconte ses difficultés mais surtout  son émerveillement devant la nature et des quelques rencontres avec des pêcheurs.

 

Même si j'ai beaucoup aimé l'idée de la retraite solitaire au milieu de nulle part, je n'ai pas accroché à ce récit. Le début m'a enthousiasmée puis au fil des pages, j'ai eu une certaine lassitude à lire ses pensées philosophiques de solitaire et j'avoue ... je n'ai pas terminé le livre. Cependant, j'ai noté quelques chouettes passages.

 

 

   Mes passages favoris :

 

22 février " Une fuite, la vie dans les bois? La fuite est le nom que les gens ensablés dans les foudrières de l'habitude donnent à l'élan vital. Un jeu? Assurement. Comment appeler autrement un séjour sur un rivage forestier avec une caisse de livres et des raquettes à neige? Une quête? Trop grand mot. Une expérience? Au sens scientifique, oui. La cabane est un laboratoire. Un paillasson où précipiter ses désirs de liberté, de silence et de solitude. Un champ expérimental où s'inventer une vie ralentie."

 

 

27 février "Je préfère les natures humaines qui ressemblent aux lacs gelés à celles qui ressemblent aux marais. Les premiers sont durs et froids en surface mais profonds, tourmentés et vivants en dessous. Les  seconds sont doux et spongieux d'apparence mais leur fond est inerte et imperméable. "

 

 

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0