Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Carnet d'Ailleurs : Dakhla

Publié le par Xôfi

J'ai profité de ces 6 mois de liberté pour partir à la découverte de l'extrême sud du Maroc : Dakhla.

Dakhla se situe dans le Sahara Occidental au nord du tropique du Cancer au bout du péninsule de sable qui s'étend sur 40km à partir du littoral.

 

Plus de 1000km au sud d'Agadir, la distance qui sépare Casablanca de Dakhla est plus importante que celle qui sépare Casablanca de Paris. La frontière mauritienne se trouve à moins de 400km.

 

Le guide "Lonely Planète" de 2007 note sur cette région "Préparez-vous à un trajet long et solitaire à travers une interminable hamada . Ce voyage n'a de sens que si vous gagnez la Mauritanie. Après avoir tant roulé, on s'étonne que Dakhla n'ait pas finalement l'air d'être au bout du monde."

 

Lexique : HAMADA  est un désert de pierres

 

Bref, aprés informations auprés des locaux, j'avais le choix entre me taper 19h de bus au départ d'Agadir ou prendre la route seule avec mon Partner Pigeot ou prendre l'avion.

 

Aprés la lecture d'un petit chapitre "Sahara Dangers" dans le  "Maroc Wave Trotter" j'ai opté pour l'avion au départ de Casablanca.

 

Extraits du chapitre pour vous mettre dans l'ambiance " Voici quelques dangers auxquels il s'agit d'être attentif, aprés on n'en parle plus et il ne vous restera plus qu'à en prendre plein les yeux : le brouillard fréquent la nuit; les camions transportant essentiellement du poisson, le risque de s'endormir, les tempêtes de sable et les nuages de criquets qui peuvent s'abattre sur votre véhicule et endommager son radiateur (...) A chaque barrage routier, vous devez remplir une fiche contenant tous les renseignements sur vous, votre véhicule; votre destination d'origine. Prévoir une bonne dizaine de photocopies de ces fiches".

 

110

  Dakhla en quelques mots clés :

 

Le désert - La lagune - Le vent - L'océan - Les huîtres - La dune Blanche - La pêche

 

Personnellement, j'ai bien aimé le paysage lunaire, la superbe lagune, les huîtres mais je n'ai pas eu le coup de coeur que j'ai pu avoir pour d'autres régions comme par exemple la province de Sidi Ifni. A Dakhla, j'ai eu une sensation proche de l'oppression malgré le vent incessant. Peut-être aussi que je n'ai pas découvert ce coin dans les meilleures conditions : une intoxication alimentaire m'a laissée bien affaiblie et le vent trés trés fort (40 noeuds de vitesse les premiers jours)qui sévit non stop m'a "soulée" (au sens propre du terme). D'ailleurs, je suis repartie avec une otite carabinée et suis rentrée à Casablanca avec l'impression que l'on m'avait coupé "le son stéréo".

 

J'ai tout de même de bons souvenirs que je vais partager avec vous dans les articles suivants.

 

Ah j'oubliais, pour les amateurs de surf...WALOU, rien à surfer et beaucoup trop de vent, mais ce n'était sans doute pas la meilleure période, il paraît que l'hiver s'est mieux.

 

130.JPG

 

163.JPG

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Carnet d'Ailleurs : Safi...

Publié le par Xôfi

En arabe "Safi" ça signifie "c'est bon, ça suffit", mais je n'en ai pas fini avec la ville de SAFI donc je rédige un autre article à son sujet.

 

La Kechla est l'une des forteresses qui encadre les remparts de la vieille ville. Elle abrite le musée de la Céramique. Ce musée récapitule l'histoire de la poterie au Maroc et propose des belles poteries de Safi, de Fés et de Meknés.

De la terrase de cette forteresse portugaise du XVI s, on a une superbe vue sur le port, l'ancienne médina et la colline des potiers.

 

179.JPG

 

 

180.JPG

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Carnet d'Ailleurs : découvrir Safi

Publié le par Xôfi

094

 

Le nom de la ville de "Safi" résonne en moi depuis longtemps car pour celles et ceux qui n'ont pas ou peu de culture "Surf" (et oui, ça arrive, parfois on ne maîtrise pas tous les domaines) Safi détient une vague mythique connue de par le monde. Une superbe droite puissante qui fonctionne essentiellement l'hiver à partir de 2m de houle et qui tient la houle au-delà de 4m . Parfois, elle devient exceptionnellement longue et forme un tube continu. C'est une vague réservée aux trés bons surfers et surtout à ceux qui ont une excellente condition physique et mentale, bref une  vague qiu exige de l'engagement et qui peut être violente. Lorsque la météo annonce une grosse houle sur le Maroc, les excellents surfers de France et d'ailleurs n"hésitent pas à prendre l'avion pour venir surfer cette  vague. Moi, je veux juste "Choufer", VOIR cette vague fonctionner et en prendre plein les  mirettes. Pas de chance, pas assez de houle pour la voir. Mais j'ai pu découvrir cette chouette ville où l'accueil est bien sympathique car peu de touriste donc pas de solicitations faitguantes comme dans d'autres villes.

 

Safi se situe à environ 150km au nord d'Essaouira. Comme de nombreuses cités de la côte, elle fut occupée par les portugais au début du XVI ème siècle. C'est une ville trés active où résident 300000 marocains. La ville vit de l'activité du port industriel qui traite et exporte des phosphates. C'est aussi le plus grand port sardinier du pays. Safi est aussi mondialement réputée pour sa poterie. C'est une ville qui mélange les influences : berbère, arabe et africaine. On y trouve donc des traces du passé andalou, juif, portugais et français.

 

Gros coup de coeur pour cette ville. Aucun touriste dans la jolie médina animée : gargottes de fritures de poisson, vendeurs de chaussures, couturiers qui travaillent avec leurs machines dans de petites échopes...

  098

 

 

Information trés importante : La spécialité culinaire de SAFI est la boulette de sardine.

 

Toujours côté gustatif, le tajine de veau de "Chez Hosni" sous les arcades en bas de la colline des potiers est un régal : 2 petites tables en extérieur avec les tajines qui cuisent tranquillou sur les braseros. Super accueil.

 

Mai 2012

 

 

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Autoportrait marocain

Publié le par Xôfi

Dans la série de photo "Autoportraits marocains", voici celui de Dar Bouaza, petite ville située à 25km au sud de Casablanca où je suis posée depuis le 1 juin. Ce cliché a été pris sur la terrasse d'une maison de Jack Beach. Merci à Erwan, le créateur de ce bel espace fleuri.

 

247.JPG

Partager cet article

Repost 0

Carnet d'Ailleurs : retour à Oualidia

Publié le par Xôfi

Au mois de mai, je suis retournée me poser dans une trés belle petite maison dominant la lagune d'Oualidia. Visites aux alentours du cap Beddouza et la plage de Lalla-Fatna par une impressionnante route qui descend en épingles à cheveux. 

 

En arrivant à Oualidia par la route de Safi, on découvre de beaux paysages composés de champs de tomtes et de blé qui surplombent l'océan...

096.JPG

 

Balade  le long de la lagune vers les parcs à huîtres d'Oualidia

108.JPG

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Carnet d'Ailleurs : une autre vision de Taghazout

Publié le par Xôfi

Taghazout haut lieu du surf du sud marocain vu à travers les fenêtres...

 

Voyages 3032

 

Voyages 3043

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Carnet d'Ailleurs : la kasbah de l'oasis

Publié le par Xôfi

Voyages 2984

En plein coeur de l'oasis de Timghmert, se trouve une trés belle kasbah datant de 3 siècles. Elle appartient à Laabd et à son cousin qui la restaurent depuis 20ans. Trés joli patio autour duquel s'organisent 16 pièces qui abritent un petit musée sur la vie des Saharouis. Dans ce musée, on trouve des collections d'anciennes théières, d'outils traditionnels, de matériel de caravaniers (tentes en poils de chameaux...), des GUERBA (outres pour transporter l'eau dans le Sahara), un soutien-gorge pour chamelle...

Dans la cour, se trouve un grenier enterré à 3m de profondeur pour stocker prés de 8 tonnes de céréales.

 

Pour visiter ce lieu, contacter à l'avance Laabd au (212) 06 62 19 37 73

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Carnet d'Ailleurs : La plage Blanche

Publié le par Xôfi

Voyages 3015

 La plage BLANCHE est située à 60 km à l'ouest de Goulimine. Au départ de Sidi Ifni, il y a une piste avec de trés beaux paysages mais impossible sans avoir un 4/4 donc ma Peugeot Partner a pris la route goudronnée de Goulimine et quelle route!!! Impression d'aller vraiment au bout du monde : personne sur la route, du vent, de la poussière, des montagnes ocres, des virages, des virages et encore des virages. La conduite sur cette route fut un superbe moment dans ce voyage marocain, un moment où j'ai  réalisé que "j'étais bien là où il fallait que je sois à ce moment donné, plus de doute, une grande sérennité" . Prendre la route avec un sourire qui remonte jusqu'aux oreilles...c'était ça.

Voyages 3021

 La plage Blanche est la plus longue du Maroc, elle s'étend sur 40km. Son nom vient de l'époque de l'aéropostale. Saint-Exupéry avait remarqué un immense cordon de sable clair rendu inaccessible par la dune et la falaise.

 

Voyages 3006

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Corps et Ame de Frank Conroy

Publié le par Xôfi

L'histoire

Ce livre raconte l'histoire de la vie de Claude Rawlings depuis son enfance à New York dans les années 40 jusqu'à ses 30 ans. Tout jeune alors qu'il est livré à lui même (sa mère chauffeur de taxi étant souvent absente), il se découvre un don pour la musique et plus particulièrement pour le piano. Vont suivre de belles rencontres artistiques mais aussi d'importantes histoires d'amitié et d'amour. La musique classique et jazz est au centre de ce trés beau roman.

 

 corps_ame.jpg

 

Un extrait : 

 

"Le fait est que , arrivé à un certain point, on peut en quelque sorte oublier ses mains. Celà devient pour ainsi dire mental. On entre dans une sorte de transe de concentration, on imagine à quoi le son va ressembler, on le sent dans sa tête, et inexplicablement, c'est exactement ce qui arrive. C'est presque magique. C'est si bon parfois, que c'en est presque insoutenable. Je veux dire, on joue, on sent une résistance, on pousse de plus en plus fort...et soudain on débouche en plein lumière, juste comme ça. On passe de l'autre côté du mur! Il n'y a plus de résistance, on navigue...De la pensée pure, qui se transforme en musique pure (...). Il faut s'entraîner à garder sa concentration, sinon on peut être si heureux qu'on risque de passer de l'autre côté. C'est fou."

 

 

Mon avis :

Un trés beau roman rencontré par hasard dans la bibliothèque d'un couple de français installé au sud de Casablanca. N'étant pas particulièrement passionnée par les analyses musicales ni son  apprentissage, j'ai été trés touchée par cette histoire. L'auteur nous emmène dans une grande fresque. Je conseille donc fortement cette lecture.

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0