Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sidi Kaouki...

Publié le par Xôfi

Maroc-fevrier2011-046.JPG

 

 

Maroc février2011 048

 

Maroc-fevrier2011-047.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maroc-fevrier2011-050.JPG

 

Maroc-fevrier2011-051.JPG

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

En compagnie de mon ombre

Publié le par Xôfi

Mon ombre, le sable et l'océan caché...quelque part dans le sud du Maroc

 

 

Maroc-fevrier2011-037.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

L'étranger de Camus

Publié le par Xôfi

Lors de mon dernier voyage dans le sud du Maroc, j'ai relu ce roman de Camus. Ce style d'écriture me plaît toujours autant, le soleil et la lumière algérienne sont très présents et j'aime ça. Le personnage-narrateur Meursault  apprend la mort de sa mère par télégramme. A l'enterrement, il ne pleure pas, ne montre pas un chagrin qu'il n'éprouve pas.  En 1942, à sa parution, Camus résume son roman par la phrase suivante "Dans notre société, tout homme qui ne pleure pas à l'enterrement de sa mère risque d'être condamné à mort." Et c'est ce qui arrivera au personnage, condamné à mort, sans circonstances atténuantes parce qu'il ne montre pas d'émotion : il ne pleure pas la mort de sa mère, il ne regrette pas d'avoir tué, il dit la vérité concernant le mobile de son meurtre  "J'ai dit rapidement en mêlant un peu les mots et en me rendant compte de mon ridicule, que c'était à cause du soleil".

 

etranger2

Un de mes extraits favoris :

"Cette épée brûlante rongeait mes cils et fouillait mes yeux douloureux. C'est alors que tout a vacillé. La mer a charrié un souffle épais et ardent. Il m'a semblé que le ciel s'ouvrait sur toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu. Tout mon être s'est tendu et j'ai crispé ma main sur le revolver. La gâchette a cédé, j'ai touché le ventre poli de la crosse et c'est là dans le bruit à la fois sec et assourdissant, que tout a commencé. J'ai secoué la sueur et le soleil. J'ai compris que j'avais détruit l'équilibre du jour, le silence exceptionnel d'une plage où j'avais été heureux. Alors, j'ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s'enfonçaient sans qu'il y parût. Et c'était comme quatre coups brefs que je frappais à la porte du malheur". 

 

Publié dans Littérature

Partager cet article

Repost 0

Portrait de mon quotidien..."Si j'étais un bruit, je serais le bruit d'une vague qui casse"

Publié le par Xôfi

Si j'étais un lieu, je serais la Plagne

Si j'étais une saison, je serais l'hiver

Si j'étais un pays, je serais la France

Si j'étais une élément, je serais l'eau

Si j'étais une couleur, je serais le bleu

Si j'étais un art, je serais le surf

Si j'étais un défaut, je serais le bavardage

Si j'étais une qualité, je serais la gentillesse

Si j'étais un parfum de glace, je serais réglisse

 

Hugo

hugo3-copie-1

Partager cet article

Repost 0

Ce sentiment océanique...

Publié le par Xôfi

  P1010239.JPG

"L'envie me prenait d'être sur une plage et de descendre vers la mer. A imaginer le bruit des premières vagues sous la plante de mes pieds, l'entrée du corps dans l'eau et la délivrance que j'y trouvais, je sentais tout d'un coup combien les murs de ma prison étaient rapprochés."

 

L'étranger d'Albert Camus 

 

P1010252.JPG Port de pêche

 

P1010307.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sud Maroc

 

P1010294.JPG

Session "Surf et Lecture Amouage Mag" quelque part entre Imsouane et Safi

P1010250.JPG Une de mes baies préférées

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

On the road ...

Publié le par Xôfi

A la recherche de la vague parfaite, entre Imsouane et Safi...


P1010348-copie-2.JPG

 

    

  Sur la route ensablée

 

P1010284

 

   P1010301-copie-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sur la route du retour, by night

 

 

P1010372

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Voyage au Maroc Février 2011 : les autres et moi

Publié le par Xôfi

P1010362.jpg"Sans l'autre, je ne suis rien, je n'existe pas. Autrui me constitue comme il peut me détruire. Derrière le mot, pompeux et galvaudé, se cachent mille visages et sourires, une multitude de relations possibles.(...)

La présence de l'autre jalonne mon existence" Alexandre Jollien

  P1010339.jpg

       "Souvent, je procède par raccourcis ou analogies, je projette, je déforme, je me mets à la place de l'autre. Le danger est évident : attribuer aux autres les caractéristiques

de mon monde mental. Chacun est le fruit d'une histoire, d'un vécu particulier."

Alexandre Jollien

  

Nouvelle-image1.JPG Voyager seule pour être avec soi-même

 

Nouvelle-imagethe.JPGVoyager seule pour faciliter les rencontres, les sourires et

les yeux qui pétillent...thé à la menthe

 

   Nouvelle-image2.JPG Voyager seule pour rencontrer, prendre le temps de connaître, nouer des amitiés autour d'une passion commune...l'océan 

 

        image2-2010-12-20-22-48-58--0100 Voyager seule avec toutes les galères que ça comporte et trouver des aides, des sourires, des petits gestes qui font sourire le coeur.

 

 

 

Lecture de l'essai "Le métier d'homme" d'Alexandre Jollien

pendant mon voyage à Imsouane.

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0

Voyage au Maroc / été 2010 Tan-Tan Port

Publié le par Xôfi

Tan-Tan El Ouatia premier port sardinier du pays

et sympathique petite station balnéaire ...

 

 

En bonne bretonne, je ne pouvais pas partir de Tan-Tan El Ouatia sans  faire un tour au port  (qui fait vivre 20% de la population des alentours ) voir le retour des pêcheurs en fin d'après - midi :  des sardines, des sardines, toujours des sardines ... Visite animée sous un  ciel voilé.

 

Se rendre au port en partant de la plage, c'est déjà en soi une aventure car il faut prendre le taxi local qui se nomme "Honda" (enfin je crois, voir la photo ci-dessous) qui transporte une dizaine de pêcheurs locaux le matin et le soir. Une fois arrivée à l'entrée du port, j'ai du laisser mon passeport car comme me l'a précisé mon chauffeur "faudrait pas qu'un pêcheur amoureux t'embarque sur son bâteau donc si tu ne viens pas rechercher ton passeport, on lancera les recherches"!!!

 

tan-tan.jpgMon taxi "pêcheurs"...

 

Mais mon chauffeur du retour étant moins drôle et moins réactif qu'à aller, j'ai dépassé le poste de contrôle sans arrêt...même après lui avoir demandé trois fois de s'arrêter pour que je récupère mon passeport. Nous avons  donc continué la route. Un grand merci au pêcheur qui a enfin compris le problème et qui a fait faire demi-tour à tout le monde pour que je récupère mon passeport à un gars mort de rire car il avait suivi l'épisode.

 

 

 

  Certains soirs, on peut voir les Iles Canaries de la plage...

 

 

 

   Arrivée de la pêche du jour

 

 

 

 

 

 

 

Atelier de travail sur les filets

Publié dans Voyage

Partager cet article

Repost 0